*

  DES FRITES A DEGUSTER...EN MUSIQUE...SANS MODERATION..

 

*REPORTS-19.07.11-024.jpg

 

*Depuis 21 années, Jean François Pruvost vend des frites sur l'esplanade de Berck, face à la place de l'entonnoir.

De ce poste d'observation privilégié, il peut prendre la température du commerce et du tourisme berckois, du début Avril à fin Octobre.

Un oeil assez lucide dans notre" Rétrovis' art" de l'été...


Sur cette saison qui vient de s'achever, il a un avis bien tranché :

"Ce fut très calme, précise t-il. L'avance financière que nous avions constituée durant les Rencontres des cerfs-volants est croquée! Les gens vivent maintenant avec le temps. Ils regardent sur Internet et ne viennent pas. Avant, ils arrivaient à la semaine ou à la quinzaine, quelque soit le temps. C'est fini, cela. Maintenant, on ne travaille que quand il y a du soleil."
Avec le retour des rayons salutaires, certains week-ends, le moral est remonté un peu.



*REPORTS--A.jpg

Avant de plonger dans les bains de fritures, Jean François avait baigné dans les poissons . C'est à 13 ans et demi qu'il est entré dans le monde du travail, soit à la poissonnerie familiale, en haut de la rue de l'Impératrice, face à l'auditorium.
"Avant les gens repartaient avec leur glacière pleine de poissons, raconte t-il. C'est fini aussi cela."


*REPORTS-19.07.11-025.jpg

Après  43 ans de travail, il commence à penser à la retraite, " mais pas avant 3 ou 4 ans, où le fils continuera".

Il regrette aussi le manque d'activité sur la plage.
"Il y avait bien du monde aux stades de plage, à l'époque. Les enfants y jouaient tandis que les parents allaient dans les boutiques. Il y avait aussi de l'activité grâce au Régina qui accueillait les mineurs."


*REPORTS-C.jpg

Pour Jean -François, ce n'est pas facile actuellement de gérer au quotidien les quantités de pommes de terre :" On ne sait jamais le monde que l'on aura dans la journée. Durant les RICV, c'était plus facile, car j'arrivais avec les remorques et les coffres pleins . D'ailleurs, je ne pouvais pas quitter cet endroit à cause des embouteillages". 
D'un naturel optimiste, Jean François se dit "qu'il en a vu d'autres et que tout s'arrangera" !
"Tant qu'il y a la santé , tout va bien" , aime t-il s'auto-rappeler.

Retour à l'accueil