*REPORTS-25.11.13-004-B.jpg

Ce lundi après-midi, au Centre Calvé, personnel médical et personnalités ont officiellement inauguré le "Vectorsystème de marche et sécurité", du groupe hollandais Bioness Inc.

C’est une première en Europe, après l’installation de cinq autres qui ont fait leurs preuves, aux Etats-Unis.

Ce système révolutionnaire de rééducation  permet d’aider les kinés à prodiguer des soins auprès des patients dans un environnement sûr.

*REPORTS-25.11.13-006.jpg

Suspendu au bout d’un lien et maintenu par un baudrier, Michel Delonnoy était justement en séance d’une demi-heure, ce lundi.

"Je n’ai plus peur de marcher, confiait-il. J’ai été amputé des deux jambes, il y a bientôt une année, suite à une crise cardiaque. Après six mois sans bouger de mon lit, je peux enfin me déplacer et apprendre à maîtriser mes prothèses."

*REPORTS-25.11.13-013.jpg

Le tour complet du rail faisant une trentaine de mètres, Michel se donne comme le challenge, chaque jour, d’augmenter le distance. Dans quelques temps, cet ancien berckois s’en retournera dans son Maine et Loire d’adoption.

 "Là-bas, ajoute-t-il, je n’ai pas trouvé d’hôpital à la hauteur du Centre Calvé ! "

*REPORTS-25.11.13-010.jpg

Au fil de la marche, son kiné, Benoît Dellerie, suit l’évolution, et conseille son patient, la télécommande à la main. Grâce au chariot robotique, à l’interface logicielle et au rail conducteur, il  règle ainsi les variables afin de pouvoir répondre ses besoins.

"Ce système  permet au patient orthopédique, neurologique ou amputé d’entreprendre une rééducation de la marche et de l’équilibre, en veillant à sa sécurité et à celle de son rééducateur qui n’a plus à le porter, précise Jean-Gabriel Prévinaire, chef du département neurologique."

*REPORTS 25.11.13 002

Tout au long du processus de rééducation, le système Vector donne aussi au médecin rééducateur la possibilité de suivre les données du patient, lui permettant ainsi d’effectuer des analyses, de comparer les différentes sessions effectuées et d’accéder au dossier médical électronique du patient.

*REPORTS-25.11.13-011.jpg

D’un coût global de 400 000€, ce système "permet  à la Fondation Hopale  de conserver une avance thérapeutique en équipement de pointe ",  a conclu son directeur général, Benoît Dolle.

Pour en savoir plus : www.bioness.com.

*

Retour à l'accueil